ART DE LA PHOTOGRAPHIE / LE RÉCIT - PARTIE 1



____________________________________________________________________________


ART DE LA PHOTOGRAPHIE
Par Bernard Bujold

____________________________________________________________________________


Table des matières

PARTIE 1 - LE RÉCIT 

Présentation 
Chapitre 1 - Ma première photographie
Chapitre 2 - Mes appareils photographiques
Chapitre 3 - Le souvenir par la photo
Chapitre 4 - L’ art du portrait
Chapitre 5 - L’ art du paysage
Chapitre 6 - L’ art du reportage
Chapitre 7 - Mes meilleures images
Chapitre 8 - L’avenir de la photographie
Chapitre 9 - Cadeau d'anniversaire...
Chapitre 10 - La liste
Chapitre 11 - Suggestions de lecture





_______________________________


Voici un livre sur ma vision de l'art de la photographie.

La création d'images est pour moi une passion que je possède depuis mon adolescence et je ne l'ai jamais perdue.

Cette ouvrage dans la première partie se veut une réflexion personnelle sur la photographie, son évolution et une sorte de récit de mon cheminement que j'ai écrit comme si je me racontais à mes deux enfants. Ce texte n'est pas un guide pour devenir photographe mais mon histoire d'un photographe parmi d'autres dans une époque historique et captivante. 

En deuxième partie, je vous offre une sélection de mes meilleures images parmi les milliers de ma collection.

Je dédie ce livre à mes deux enfants David-Bernard et Stéphanie, ainsi qu'à ses deux filles Ava et Emma, en espérant que je leur donnerai une inspiration pour qu'elles découvrent à leur tour le plaisir et l'amour de la photographie.

Bonne lecture!





____________________________________________________________________________

PRÉSENTATION

____________________________________________________________________________


J'ai photographié,  au cours de ma vie de photographe, plusieurs événements de calibre international dont les compétitions équestres de l’International de Bromont, les Omniums de tennis du Canada (Coupe Rogers) et les Grands Prix F1 du Canada ainsi que des centaines de personnalités telles Isabelle Adjani, Céline Dion, René Angélil, Gérard Depardieu, Julie Depardieu, Sophia Loren, Brian Mulroney, Stephen Harper, Rafael Nadal, André Agassi, Donald Trump et plusieurs autres. 
Mais mes plus belles photos sont probablement celles sans bruit et intimes comme de simples couchers de soleil, les arbres de la forêt ou tout simplement l'ami(e) m'offrant son  sourire.
Ma passion première a toujours été la photographie!

J'évalue ma collection de photographies à plus de 100 000 images prises depuis mon adolescence, sur film, diapositives ou en numérique. 
Ma mère Anita Cyr, photographe amateur, a été mon inspiration. Chaque année, elle photographiait la famille devant la maison avec son appareil KODAK format film 620. 
(Voir sa collection de photos sur sa page web  https://www.lestudio1.com/AnitaCyr.html )

Parmi les grands photographes du monde qui ont été mes maîtres à penser, mon favori demeure Yousuf Karsh (1908-2002). Je l'ai d'ailleurs rencontré à quelques reprises au Château Laurier où il avait son studio et alors que j'habitais à Ottawa (1984). Il est pour moi encore aujourd'hui une source de profonde inspiration. On ne le dit pas publiquement, mais quiconque connait sa technique sait qu’il était un précurseur de Photoshop et il avait un assistant à plein temps dont le travail était de retoucher avec des pinceaux et des couleurs les plaques de verre servant à l’impression de ses photos.

Au niveau de l'équipement photographique, j'ai fait mon apprentissage avec un simple Instamatic Kodak 126 et malgré sa simplicité, cet appareil accomplissait des miracles et quelques-unes de mes meilleures photos ont été réalisées avec cet appareil. 
Par la suite, j'ai découvert le film 35 mm et j'ai longtemps utilisé un Minolta X-700 avant de passer à divers boitiers Nikon dont le F5 et quelques boitiers numériques dont le Nikon D300. 
J’ai ensuite utilisé des outils beaucoup plus légers dont le but principal était de profiter pleinement du numérique et des médias sociaux sur l'Internet et surtout avoir un appareil photo léger et toujours avec moi. J’ai utilisé une bonne dizaine de modèles compacts Canon G Powershot. 
Mais aujourd’hui en 2021, les appareils que je considère les plus efficaces pour ma photographie sont les iPad et iPhone d'Apple. 
Il y a bien sûr aussi, les fameux programmes Photoshop, Affinity, Apple Photo et Google Image pour le traitement des images. Tous les photographes, du moins tous ceux que je fréquente, transforment leurs images après la captation.

J'adore la photographie et pour moi, cette forme d'expression est un moyen de rejoindre et de découvrir l'âme, des formes vivantes comme les humains ou les animaux, ou des formes fixes comme les objets ou les paysages, et ce partout dans le monde! 

«Si les yeux sont le miroir de l'âme pour les humains et les animaux, la photographie est un regard sur l'âme dans toutes les formes !» 

La photographie est un bel art, pour moi le plus beau des arts!




Ma mère Anita Cyr  - (1922-2005)

L’appareil photo de ma mère, un Kodak film format 620 


Yousuf Karsh (1908-2002) mon maître à penser en photographie


____________________________________________________________________________


1- MA PREMIÈRE PHOTOGRAPHIE
 

____________________________________________________________________________

J'ai grandi entouré de jouets et en particulier de petites figurines.
J'imaginais des histoires dignes du cinéma mettant en scène les personnages représentés par mes figurines.
Ces jeux d'enfance ont beaucoup influencé ma photographie et plusieurs de mes photos utilisent encore aujourd'hui des figurines ou des objets qui deviennent animés dans mes photos.

Ma toute première photo, que je me souviens d'avoir montrée fièrement à ma famille, était celle d'un orignal en plâtre que j'avais placé dans la verdure entourant la maison de mes parents en Gaspésie à Saint-Siméon de Bonaventure en 1972. Mon oncle (Germain Bujold), un chasseur d'orignal, était impressionné et il me demanda l'endroit ou une pareille bête se terrait. Je lui ai rapidement avoué le montage...
Il était déçu, mais son admiration pour ma photographie était demeurée et il m'avait chaleureusement félicité pour ma mise en scène disant qu'il avait été convaincu que l'orignal était bien vivant.
Ma première photo de l'orignal en plâtre était en noir et blanc, mais je la reprendrai l'année suivante en 1973 sur film couleur avec mon Instamatic.


Photo en noir et blanc de l'orignal en plâtre (1972)


Photo sur film couleur de l'orignal en plâtre (1973)


Mon premier appareil photo, un Kodak Brownie usagé et le film  620


____________________________________________________________________________


2- MES APPAREILS PHOTOGRAPHIQUES
 

____________________________________________________________________________


Un appareil photographique est l’outil essentiel sans lequel la photographie ne serait pas possible.
On attribue à Léonard de Vinci vers 1515 les premiers début du concept de l’appareil photographique et de la gestion de la lumière avec ce qui s’appellait « camera obscura ». 

Le terme de photographie résulte d'une série de nombreuses innovations technologique et technique dans les domaines de l'optique, de la chimie, de la mécanique, de l'électricité, de l'électronique et de l'informatique. La photographie se base au départ sur le mécanisme biologique de l’oeil humain.

L’évolution prendra quelques siècles et les premiers appareils photo n’arriveront que 
le 19 août 1839 à l'Institut de France alors que Jacques Louis Daguerre divulguera le premier procédé photographique auquel il donne son nom : le « daguerréotype ».

Mon premier appareil photo à moi date de 1972 et c’était un modèle Brownie 620 usagé, format de film comparable à celui de ma mère, qu'un ami de la famille m'avait donné et que j'avais dû complètement démonter et nettoyer. 
Les photos en noir et blanc de l'orignal furent prises avec cet appareil.
Mais j'ai rapidement fait l'acquisition de mon premier appareil neuf vers 1973, un Instamatic X15.
Je me souviens encore de l'avoir commandé par catalogue du magasin Eaton's et de l'avoir reçu une semaine plus tard par la poste.
Cet appareil fut véritablement celui qui m'a fait aimer la photographie et avec lequel j'ai pu découvrir le plaisir de créer des images photographiques.
             




Mon premier appareil photo à neuf, un Kodak Instamatic X-15 avec film en cassette 126
_______________________________

En photographie, il existe deux écoles. Celle de ceux qui ne jurent que par leurs appareils et leurs équipements et l'autre école où la caméra a peu d'importance et c'est l'imagination et l'oeil du photographe qui détermine le résultat final de l'image. 
Personnellement, je suis entre les deux écoles de pensée. 
Il faut un minimum de technologie pour bien capter et enregistrer la lumière, mais au-delà d'une certaine qualité, la différence est invisible pour le regard. Ceci est particulièrement vrai si vous ajoutez au travail de captation celui du traitement par un programme comme Photoshop, Affinity, Apple ou Google.

J'ai commencé ma photographie en noir et blanc avec les films Brownie 620.
Il fallait alors envoyer ses films pour développement par la poste à des entreprises comme Direct Films et nous recevions deux semaines plus tard une enveloppe avec les photos sur papier.
L'expérience était longue, mais excitante. L'anticipation et l'attente de voir le résultat de nos photos étaient comme un prolongement du plaisir de faire de la photographie.

Lorsque j'ai fait l'acquisition de mon premier appareil neuf Kodak Instamatic, je suis aussi passé à  la couleur, car le concept des Instamatics avec les films en cassette favorisait le développement des épreuves papier en couleur par les laboratoires. Je ferai également de la diapositive avec Instamatic.

J'adorais la technologie Instamatic et je ne l'aurais jamais quitté si je n'avais pas été forcé de la faire lorsque je suis devenu journaliste pour la télévision locale en Gaspésie (CHAU-TV Carleton).
À l'époque, on illustrait les reportages télé avec des images fixes en format film diapositive 35 mm que le technicien développait sur place à la station le jour même. Comme jeune journaliste, on m'invitait à prendre des photos de mes reportages, mais il fallait utiliser le film 35 mm. Je me suis donc procuré un appareil de ce format que j'avais acheté dans une bijouterie locale. Un modèle à lentille fixe, un MAMIYA 135. Le technicien de la station de télévision n'était pas super impressionné par l'appareil comme tel, mais celui-ci fonctionnait au format 35 mm et cela était amplement suffisant pour les besoins de mon travail de journaliste.


Mon premier appareil photographique format 35 mm, un modèle japonais MAMIYA 135
___________________________

Le passage au 35 mm m'inquiétait, mais je réussis à le découvrir tranquillement même si cela demandait plus de travail d'ajustement de l'appareil comparé à la technologie Kodak Instamatic.
Avec le film 35 mm, on devait évaluer la lumière pour ajuster les deux mécanismes (ouverture de la lentille et vitesse du déclencheur) avant de déclencher la prise de photo.
Avec Instamatic, il suffisait de déterminer s'il y avait suffisamment de lumière naturelle ou sinon d'utiliser un cube flash. 
Avec le 35 mm, c'était comme conduire une voiture à vitesses manuelles...

Mon premier appareil 35 mm de base m'ouvrira cependant le monde de la photographie et il m'amènera vers un appareil plus sophistiqué, un modèle Minolta X-700.

J'ai beaucoup appris en photographie avec le Minolta X-700, acheté au Woolco de Moncton en 1982.
J'utiliserai d'ailleurs encore cet appareil jusqu'en 1997, soit 15 ans plus tard.



Mon appareil Minolta X-700
_______________________

L'avantage du X-700, un appareil pour films 35 mm, était que je pouvais changer les lentilles et utiliser des zooms.
C'était un appareil très performant compte tenu de la technologie de l'époque et, dans les années 1980, Minolta était très présent dans le marché des appareils photo. Le modèle X-700 était l’un des 
appareils haut de gamme de la marque.
J'ai utilisé cet appareil pendant plus de 15 ans, entre 1982 et 1997.
J'adorais les possibilités que m'offrait cet appareil.
J'ai regretté l'avoir vendu lorsque j'ai fait l'acquisition de mon Nikon F5.
J'ai vécu plusieurs moments importants de ma vie alors que j'utilisais le Minolta X-700.
La naissance de mes enfants en 1982 et 1983; l'élection de Brian Mulroney en tant que premier ministre du Canada le 4 septembre 1984 à Baie-Comeau; mon fils David a pris sa première photo avec cet appareil; et j'ai photographié l'anniversaire de Pierre Péladeau le 10 avril 1997 alors qu'on lui avait offert la visite d'une actrice imitant Marilyn Monroe...


Brian et Mila Mulroney - Baie-Comeau (4 septembre 1984)


Bernard Bujold,  autoportrait - Ottawa (Octobre 1984)


Anniversaire de Pierre Péladeau- Montréal ( 11 avril 1997)


Première photographie prise par mon fils David à Ottawa  (1985)



____________________________

Si la marque Minolta était respectable parmi les photographes professionnels, la marque Nikon était plus respectée et considérée comme vraiment professionnelle!
Lorsque j'étais adjoint au premier Ministre du Canada en 1984, je discutais souvent avec le photographe officiel qui utilisait deux boitiers Nikon FM2, appareils que j'admirais et convoitais.


Appareil Nikon FM2 - 1984
___________________

Je ne ferai cependant l'acquisition de mon premier Nikon que vers la fin de 1997, un modèle amateur, mais performant, un F90, appareil pour film 35 mm.
Pourquoi avoir attendu aussi longtemps entre 1982 et 1997?
L'usage de mon Minolta répondait amplement à mes besoins.
Mon acquisition d'un appareil Nikon en 1997 était pour me joindre à une communauté plutôt que de combler un besoin réel en performance de l'appareil.
Il faut comprendre que lorsque l'on photographie, durant notre captation, le sujet photographié et les autres photographes ont la tendance de juger notre valeur selon notre équipement.
Je me souviens d'un photographe qui expliquait au vendeur qu'il voulait s'acheter un Nikon haut de gamme uniquement pour réconforter ses clients qui ne le prenaient pas au sérieux parce qu'il utilisait un appareil d'une autre marque moins connue.
De plus, dans les conférences de presse, un photographe qui n'utilisait pas un appareil haut de gamme était perçu par ses collègues comme un amateur.
Je me suis donc procuré un Nikon pour paraître un peu plus professionnel, mais le photographe officiel du premier ministre m'avait toujours dit que je n'avais aucunement besoin d'un appareil Nikon pour être un bon photographe.
Disons cependant, en ce qui concerne mon premier Nikon, que la puissance du flash recommandé par le fabricant de l'appareil photo, un Nikon SB-26, est venu améliorer de beaucoup les possibilités de ma photographie en intérieur, comparé aux possibilités du Minolta.
Mon acquisition n'avait pas été un total gaspillage...


Appareil Nikon F-90
__________________

L'équipement photographique est comme une drogue pour plusieurs photographes et un certain nombre espèrent toujours améliorer leurs résultats s'il fait une nouvelle acquisition.
Personnellement, j'ai toujours adoré visiter les magasins d'appareils photo pour essayer les nouveaux modèles et surveiller les aubaines, mais je n'ai jamais voulu aller dans la direction des appareils les plus performants ni les plus dispendieux. C'était aussi une question de budget. Pour moi la photographie fut un loisir jusque dans les années 1997 et non un travail professionnel.
Cela est parfois vrai qu'un meilleur appareil va améliorer notre photographie, mais généralement, la qualité de l'image est plus une question de vision du photographe et de style que de technologie.
J'aime dire qu'il y a deux façons de faire de la photographie.
Une façon qui nous procure du plaisir un peu comme conduire une voiture sport et une deuxième façon qui est de produire une image selon notre vision et selon laquelle les outils (caméra, lentilles et flash) ne sont que complémentaires.
On pourrait identifier la première façon par le terme:"FAIRE DE LA PHOTO"; et la deuxième façon par le terme:" FAIRE DES PHOTOS".

Durant les années 2000, c'est donc la réputation des appareils de marque Nikon sur film, et le désir d'impressionner mes collègues photographes, qui m'ont amené à me procurer un boitier de haut de la gamme, un modèle F5 avec une lentille zoom 70-200 mm. Le but était aussi d'être bien équipé pour faire de la photo de reportage alors que j'effectuais un retour en journalisme professionnel.
La puissance de l'appareil était évidente, mais je me suis rapidement rendu compte que tout cet équipement constituait une charge trop lourde à transporter surtout pour quelqu'un qui fait de la photo de reportage. Imaginez devoir circuler à pied sur un circuit en asphalte de course automobile comme celui Gilles Villeneuve à Montréal avec un sac photo pesant facilement 7 kilogrammes (15 livres) sous un soleil brûlant...
Tous les photographes se plaignaient eux aussi de la lourdeur de leur sac, mais certains y voyaient un outil pour traverser une foule ou éloigner les autres journalistes qui voulaient se placer devant eux alors que le sac servait de bouclier...
Un ami, ancien photographe officiel au Festival des Films du Monde de Montréal, m'a déjà confié qu'il se servait régulièrement de son lourd appareil avec une lentille 70-200 mm comme un outil pour traverser la foule...



Appareil Nikon F5 et sac photo pour le transport de l'équipement
____________________________

Je peux affirmer avoir vécu la de la disparition de la photographie sur film et la naissance de la photographie numérique. Tout s'est déroulé en l'espace de quelques mois en 2004. 
Pour le prouver, je n'ai qu'à regarder la date du commencement de mes archives en numérique
Le dossier numéro 1 a été photographié (date ) .
J'ai été très timide dans l'adoption de la photographie numérique malgré le fait que j'en reconnaissais l'avantage.
La principale différence en numérique est la réduction du coût de l'opération photo.
En photo sur films, il faut acheter la pellicule et la faire développer en laboratoire tandis que la photo numérique est pour ainsi dire gratuite. La limite de 24 ou 36 poses par films est également éliminée.
En moyenne durant un reportage photo avec films, je pouvais utiliser trois ou quatre films de 24 poses (75 à 100 photos). Il en coûtait en moyenne une vingtaine de dollars pour le film de 24 poses et son développement par un laboratoire.
En numérique, sur une carte mémoire, je pouvais facilement prendre jusqu'à 200 ou 300 images et sans aucun coût de développement.
En plus, l'on peut vérifier la qualité des images sur place et le traitement après captation peut se faire immédiatement avec l'ordinateur.
Mon premier appareil numérique était un Canon Elph avec lequel j'ai expérimenté des photos sans raison autre que de m'amuser, mais je me suis rapidement rendu compte que l'avenir était dans cette technologie surtout avec l'évolution de l'internet (les médias sociaux ne viendront que plus tard en 2005-2006)
J'étais triste et opposé à l'abandon de la photographie sur film, car je m'étais équipé de façon assez complète pour la photo traditionnelle avec des investissements financiers significatifs de plusieurs milliers de dollars.
Un seul boitier haut de gamme pouvait valoir en 2004 jusqu'à 3,000$ et des lentilles valaient en moyenne 1,000$ chacune. On peut évaluer entre 5,000 et 10,000 dollars le coût moyen du sac d'équipement des photographes de l'époque.
De plus, en 2004, les appareils photo numériques débutaient et leur capacité n'était pas encore celle des appareils sur film.
J'ai fait l'acquisition de quelques modèles numériques Nikon dont un D70 et D200, mais je me suis arrêté au modèle D300, un modèle de bonne qualité de la gamme dans la marque Nikon. 
Toutefois, pendant plusieurs années, j'entendais dans les discussions que beaucoup d'autres photographes avaient quitté Nikon pour rejoindre Canon dont on préférait les possibilités au niveau de la lecture de la lumière. Les appareils Nikon ont toujours été considérés plus robustes et parfaits pour la photo de reportage mais le rendement des couleurs sur les images faites par les appareils Canon était mieux apprécié des photographes qui disaient que la gestion de la lumière par Canon était supérieure à Nikon.
J'ai donc voulu profiter du changement d'époque en technologie photo, le passage du film au numérique, pour essayer les appareils numériques Canon. 
Après la lecture d'un reportage dans Paris Match où une photographe disait faire toutes ses photos avec un Canon G9, j'ai décidé d'essayer ce modèle et je me suis procuré un premier Canon G10, un appareil à lentille fixe.
J'ai été définitivement séduit et, même si je regrettais l'époque du Nikon F5, j'ai graduellement abandonné la marque Nikon pour adopter Canon en permanence. 
J'utiliserai une dizaine de modèles différents de la série Canon G et à chaque ajout, la capacité de l'appareil était augmentée soit au niveau de la mise au point ou de la gestion de la lumière.
Un modèle comme le G3 offre même un zoom intégré pouvant atteindre 600mm. J'ai pu capter la lune avec ce modèle.
Ma dernière acquisition fut un modèle G7X Mark II, appareil très performant et surtout très compact. On peut facilement le transporter dans une poche de veston ou de pantalon et ainsi l'avoir toujours avec nous.
L'adage des photographes est que "le meilleur appareil photo est celui que l'on a avec soi au moment où l'image se présente à nous."
Le Canon G7X répond parfaitement à cette nécessité.
Par ailleurs, l''un des grands avantages de la technologie numérique est la rapidité à traiter les images après la captation. La popularité de Photoshop a définitivement bondi dans les années 2005 alors que tous les photographes, ou presque, l'ont adopté.
En ce qui me concerne, je suis un fervent usager de la technologie Photoshop, Affinity et Google Image.
Toute ma photographie tourne autour du traitement après captation.
Cette technologie de traitement après captation n'est pas nouvelle en soi, mais son accessibilité l'est.
On peut comparer Photoshop à un atelier de peintre avec des pinceaux et des couleurs.
Le concept Photoshop est d'ailleurs inspiré du dessin et de la peinture.
Rappelons que Yousuf Kash peignait ses négatifs photo et même ma mère utilisait le même concept car elle dessinait sur ses photos, notamment des cheveux qu'elle ajoutait à mon père. 
Ce dernier s'était dit insulté lorsqu'il en avait fait la découverte...



Bernard Bujold - autoportrait (2005)
_______________________






Quelques unes de mes caméras digital dont mon modèle favori le Canon G7X mark II
____________________

La photographie numérique a définitivement conquis le monde lorsque les téléphones cellulaires ont commencé à envahir le marché vers 2010. Aucune des marques de fabricant d'appareils photo n'a pu ralentir la conquête de la photographie par les compagnies d'appareils cellulaires.
La technologie cellulaire dépassait la simple téléphonie pour être un outil de photographie avec des caméras intégrées performantes utilisant la technologie de l'ordinateur plutôt que la simple prise de lumière.
Dans mon cas, j'ai débuté dans la photo sur cellulaire avec un simple iPod qui avait les mêmes possibilités qu'un iPhone mais sans la capacité de communiquer par réseau téléphonique.
Je me suis rapidement procuré un véritable iPhone 5 que je n'ai pas inscrit avec une compagnie téléphonique, mais que j'utilisais uniquement pour sa caméra et ses capacités photo.
Un iPhone est plus petit qu'un appareil photo compact comme le Canon G7X et sa facilité de transport est sans limites.
Un autre avantage est la discrétion du iPhone. 
Pour la photographie de rue, il est impossible de passer pour un piéton si on utilise un appareil du genre Nikon F5. Par contre avec un iPhone, j'ai pu photographier dans des endroits où je n'aurais jamais pu avec un appareil conventionnel. Le iPhone est d'une discrétion parfaite pour la photographie dans des endroits publics.

Lorsque la photographie sur film a commencé à céder la place au digital, plusieurs photographes s'inquiétaient de la disparition de leur métier d'artisan et de l'industrie de la photographie comme telle.
Ils avaient raison pour une moitié de l'équation, c'est dire l'exclusivité de leur métier de photographe, mais pas de disparition de la photographie.
Aujourd'hui en 2021, il; n'y a jamais eu autant de photographies prises dans le monde entier car les humains de tous pays ont un cellulaire avec caméra. 
La photographie n'a jamais été autant populaire et accessible.
Il faut ajouter à la technologie cellulaire la présence des médias sociaux dans notre vie quotidienne pour faire de la photographie une activité aussi fréquente et essentielle que l'action de manger ou de prendre un café.
La puissance des capteurs sur les appareils cellulaire rejoint de plus en plus la capacité des caméras conventionnelles et bientôt les cellulaires dépasseront les caméras conventionnelles.
N'oublions pas qu'un appareil du genre iPhone est avant tout un ordinateur compact qui traite l'image immédiatement durant sa captation. Un appareil photo conventionnel n'offre pas ce genre de technologie, mais il aurait pu le faire. C'est un manque de vision ou une décision mal calculée qui les a empêchés de le faire.
Aujourd'hui, il est trop tard et tous les fabricants de caméras sont moribonds face à leur clientèle.
Mentionnons que Kodak fut le premier à inventer la technologie numérique mais l'entreprise ne voulait pas détruire son marché du film et elle ne développa pas sa présence dans le numérique. Canon et Nikon ont pris la place, mais lorsque les entreprises de cellulaire ont commencé à introduire des appareils photo dans leur téléphone avec le but de réduire la taille encombrante des caméras conventionnelles, ces mêmes fabricants de caméras telles Canon et Nikon ont refusé d'occuper le marché préférant demeurer dans les caméras conventionnelles et croyant ainsi protéger leur marché. Ce fut la même erreur qu'avait commise Kodak face au numérique.
Aujourd'hui en 2021, Kodak n'est plus dans la photographie; Minolta a été fusionné avec Konika et on parlait à un moment donné que Nikon serait acheté par Sony, ce qui ne s’est pas encore produit...

Récemment un magasin d'appareils photo de Montréal commanditait un concours de photos dans un grand média. La particularité qui m'a accroché est que le concours était pour les meilleures photos sur cellulaire...
J'ai trouvé bien drôle qu'il offrait en prix aux gagnants des équipements traditionnels.
Imaginez la situation, une compagnie vendant des appareils photo qui agit comme commanditaire d’un concours pour téléphone cellulaire! 






Appareils cellulaires iPhone Apple

____________________________________________________________________________


3- LE SOUVENIR PAR LA PHOTO

____________________________________________________________________________

Le principal objectif de la photographie est d'immortaliser les images et de créer un souvenir au-delà du moment présent.
Une rencontre de gens; un événement artistique ou sportif; des paysages de vacances; un succès ou une tragédie de notre vie; etc.
Mes premières photos souvenirs furent celles prises de mon père et de ma mère partageant des moments de vie ensemble. Plus tard, ce seront mes deux enfants qui seront au centre de mes photos souvenirs.
La photographie souvenir est la plus romantique de toutes les photographies, car elle vient rejoindre directement les gens qui ont vécu les moments captés dans les images.
Les photos souvenirs ne sont pas universelles comme celles des autres catégories, mais elles sont probablement les plus populaires, car la vanité est un défaut, mais peut aussi devenir une qualité...
Le romantisme du souvenir est cependant parfois différent entre l'intention et la réalité.
En effet, je me souviens d'une anecdote à l'époque de mon Instamatic et de la photographie couleur sur diapositives.
C'était mon oncle qui m'avait suggéré de changer du film vers la diapositive en me disant que c'était l'avenir de la photographie. Je m'étais alors acheté un projecteur Kodak Carousel et des chargeurs de montage. J'avais même écrit des textes que j'avais enregistrés sur un magnétophone.
Selon mon oncle, le truc était de classer nos diapositives selon un ordre de présentation et de les montrer devant un groupe. "L'époque était terminée des photos papier et de l'effort de les regarder à la main, une à une." disait mon oncle...
Lors de ma première séance de projection, j'avais réuni une dizaine des membres de ma famille, dont ma mère qui était l'hôte de la soirée. La projection dura une quinzaine de minutes et lorsque j'ai rallumé les lumières, deux ou trois des invités dormaient fermement dont ma mère qui prétendait avoir beaucoup aimé la projection et ne s'être assoupie que vers la fin!
Lors d'une autre séance, c'est la lampe du projecteur qui s'est éteinte immédiatement après l'allumage avec le résultat qu'il n'y avait pas eu de projection pour les invités ce soir-là...
Ma passion pour les soirées de diapositives aura duré environ un an et je suis revenu au film et aux photos papier classées dans les enveloppes du laboratoire de développement .



Mon père et ma mère partageant un repas de Noël (1974)


Mon père et ma mère au salon (1974)


Petit déjeuner dans la cuisine, moi et mon frère André (1976)



Mon projecteur Kodak Carousel pour diapositives (1976)


Enveloppes des laboratoire de développement 
des photos papier


Photo par la fenêtre de la maison de mes parents 
en Gaspésie  (1974)


Photo de l'entrée de la route devant la maison de mes parents 
en Gaspésie  (1974)


Mon père dans son atelier de travail  (1974)


Mon père à la chasse  (1974)


Mon père devant mon micro de radio alors que j'étais journaliste 
à la radio locale de Sept-Iles, CKCN - (1975)


Mes deux enfants à Moncton - (1991)


Mes enfants devant le lac à Mont Tremblant - (1993)


Photo de mon père sur laquelle ma mère
avait dessiné des cheveux - (Juillet 1958)

____________________________________________________________________________


4 - L' ART DU PORTRAIT

____________________________________________________________________________

Pour réussir un bon portrait, la clé du succès est le regard du sujet et la brillance de ses yeux.
Dans l’art du portrait sur les humains ou les animaux, tout commence par les yeux!
Pour les choses, il faut retrouver le point qui représente l'âme et l'identité de la chose.
Le portrait ne comprend pas uniquement des photos de visages, mais aussi de choses.
Je dirais que la définition d'un portrait est de visionner l'image et de la cadrer en gros plan rapproché.
J'adore prendre des portraits, mais je me suis rendu compte que parfois ce genre de photographie élimine la beauté et le détail de l'arrière-plan de l'image pour se concentrer uniquement sur l'avant-centre de l'image qui s'offre à nous. Cela s'appelle réduire la profondeur de champ (une ouverture de la lentille élevée (genre 1.8 ) et augmentation de l'effet flou en arrière-plan.
La fonction "portrait" sur les appareils cellulaires est particulièrement sensible à cet égard et souvent je préfère me rapprocher de l'image, mais conserver la fonction "photo" sur mon appareil surtout lorsque je veux aussi voir les détails du fond de l'image.
Je considère le portrait comme un exercice de rapprochement avec le sujet et non un exercice artistique.
Par ailleurs, sur les appareils cellulaires, il est possible en mode portrait d'ajuster la lumière et de choisir l'effet studio, c'est-à-dire un fond noir derrière le sujet (voir photo ci-dessous Ulysse et le rocher).




Bernard Bujold - Autoportrait sur film (1998)


Bernard Bujold - Autoportrait iPhone (2020)


Ulysse et le rocher (Décembre 2020)


Rouleau de broche sur rocher (Décembre 2020)
«
C'tait ben avant d'comprendre que tout 
Tient avec d'la broche » 
Chanson Sur mon épaule
- Les Cowboys fringants


Nathalie Bondil et sa fille Angèle -
Musée des Beaux-Arts de Montréal ( Décembre 2008)




Écureuil devant la caméra... (Décembre 2020)

____________________________________________________________________________


5 - L' ART DU PAYSAGE

____________________________________________________________________________

Photographier un paysage est le genre qui rejoint le plus l’art traditionnel des artistes peintres. D’ailleurs le légendaire photographe Henri Cartier-Bresson se disait être avant tout un peintre dans l’âme et il aimait mieux dessiner que faire de la photographie.
La photographie de paysage est magique, car elle communique directement avec la planète.


Bernard Bujold et Ulysse au Musée des Beaux-arts de Montréal 
devant leurs deux toiles préférées:

"CLAIR DE LUNE" par Henri-Joseph Harpignie et 

"PAYSAGE (AVEC MARINE)" par Georges Michel.

______________________

"CLAIR DE LUNE" par Henri-Joseph Harpignie

"PAYSAGE (AVEC MARINE)" par Georges Michel











Sélection de photos paysage

____________________________________________________________________________


6 - L' ART DU REPORTAGE

____________________________________________________________________________

Pour réussir un reportage photographique, il y a deux conditions de base essentielles.
Être présent devant l'action au moment où celle-ci se produit; et être placé au bon endroit physiquement face à cette action.
J'ai réalisé plusieurs reportages photo et la première chose que je détermine dès mon arrivée sur le lieu de l'événement est de déterminer quel est le meilleur endroit qui me permettra d'obtenir une image unique, complète et surtout différente de celles de mes collègues photographes présents sur place.
Plusieurs de mes reportages photo ont été dans le domaine du sport (chevaux et tennis) mais j'adore aussi couvrir les conférences de presse de personnalités, en particulier les artistes (cinéma et spectacle) ainsi que les grands événements.
L'important comme photographe est d'imposer notre vision de l'image et ne jamais se laisser le sujet déterminer l'angle et le message de la photo.
Autant en photographie que dans la presse écrite ou parlée, les auteurs de l'événement vont souvent vouloir imposer leur thème. Le bon journaliste impose son propre thème.
Il est plus facile pour un photographe de choisir ses angles de reportage qu'il en est pour un journaliste car le photographe contrôle la caméra avec son choix de regard.
Personnellement j'ai aussi une autre règle de jeu: je ne photographie jamais un sujet que je n'aime pas.
Le magnat de la presse québécoise Pierre Péladeau m'avait dit un jour: " Je n'accorde jamais d'entrevue à un journaliste qui ne m'aime pas, car il va toujours trouver une façon de me critiquer dans son reportage, peu importe toute la bonne volonté de ma part!"
C'est la même chose en photographie. 
Si un photographe n'aime pas un sujet, il va orienter instinctivement sa caméra pour le faire mal paraître.
Selon moi. la photographie est fondamentalement un geste d'amour et je m'assure que ce soit toujours le cas avec mes photographies.

Malgré tout il m'est arrivé des incidents et je me souviens d'une anecdote en décembre 2020 alors que c'était la crise du Coronavirus et que tous les magasins étaient fermés. Je voulais photographier les sans abris installés dans des tentes de fortune devant le magasin La Baie à Montréal. J'ai dû m'enfuir en courant car un sans abris a commencé à me crier des injures et il se dirigeait vers moi pour m'attaquer physiquement...
Je me suis réfugié vers un petit parc à proximité et j'ai invoqué la protection du Saint Frère André...

Je n'aurais pas pu être un photographe de guerre et je ne photographie jamais les accidents ou les gestes de violence.

Voici quelques-unes de mes photos de reportages allant de salons du livre;  des festivals de film;  des conférences de presse;  un campement de sans-abris victimes du coronavirus; et même des visites d'églises et de musées...






































Bernard Bujold - Tennis Coupe Rogers - (2016)

____________________________________________________________________________


7 - MES MEILLEURES IMAGES  

____________________________________________________________________________

J'aime dire que ma meilleure image à vie est celle que je prendrai aujourd'hui...
En journalisme, nous avons cette philosophie que notre valeur en tant que journaliste est égale à la qualité de notre prochain reportage.
Cette philosophie s’applique aussi à la photographie.
Plusieurs de mes photographies m'ont particulièrement satisfait et rendu heureux, mais je ne suis pas du genre à les considérer mes oeuvres définitives.
Le jour où l'on cesse de penser à sa prochaine photographie, c'est alors aussi la fin de notre passion!
Néanmoins, si j'avais à choisir quelques photos pour en faire une exposition, je choisirais cinq ou six images parmi les plus significatives pour moi à vie et auxquelles j'ajouterais une dizaine de photographies récentes prises durant la période précédant l'exposition.
Voici mon plan pour une exposition virtuelle, que je vous offre.
Bonne visite...

_________________


Sélection de six de mes meilleures photos à vie



PHOTO NUMÉRO 1
Ma photo de Brian et Mila Mulroney prise à Baie-Comeau le 4 septembre 1984 
m'est particulièrement importante.
Cette image marque la victoire électorale canadienne à laquelle j'avais directement 
collaboré comme organisateur. 


PHOTO NUMÉRO 2
Cet autoportrait a été pris quelques minutes après mon entrevue pour un poste
dans le cabinet du premier ministre du Canada Brian Mulroney.
J'étais alors habité par le rêve de changer le monde ...
(Octobre 1984 - Ottawa)




PHOTO NUMÉRO 3
Ma photo de Pierre Péladeau avec une actrice invitée pour saluer son anniversaire est une 
des rares photos que j'ai prise du magnat de la presse québécoise alors
que j'étais son adjoint personnel de 1991 à 1997.
(10 avril 1997 - Montréal)


PHOTO NUMÉRO 4
Cette photo de la cavalière, l'amie personnelle qui m'a initié aux chevaux, 
m'avait été inspirée par les oeuvres du peintre Degas.
Tout l'art de photographie est une création artistique inspirée au départ
par les peintres.



PHOTO NUMÉRO 5
J'ai pris de nombreuses photos de ce cheval qui était devenu mon meilleur ami.
Cette photo le représente en pleine liberté et heureux de courir.
(Été 2004 - Bromont)


PHOTO NUMÉRO 6
Cette photo de l'actrice Isabelle Adjani a été prise au 
Festival des films du monde de Montréal.
Isabelle Adjani avait aimé mes photos et elle en avait publié une dizaine sur son site
internet. Ce geste m'avait alors inspiré pour développer et lancer
le site internet LeStudio1.
(Septembre 2004 - Montréal)


_________________

Sélection d'une dizaine de photos récentes 
représentant des événements du moment





Photos avec des figurines pour illustrer l'exploration vers la planète Mars


Photo de la Lune avec mon appareil Canon G3 Zoom 600 MM


Bernard Bujold Auto-portrait (2018)


Petite voiture miniature représentant le président américain Donald J. Trump (2016)




Les trois photos du manoir ci-dessus ont été prises à partir de la fenêtre du gymnase 
où je m'entrainais à l'hiver 2020, en pleine crise du Coronavirus.
Elles représentent bien à la fois l'isolation et l'espoir du monde.


Autoportrait de ma vaccination ( dose 1 ) avec le vaccin Pfizer contre le Coronavirus
reçue au Palais des Congrès de Montréal
(16 mars 2021- 17 heures) 


Autoportrait de ma vaccination ( dose 2 ) avec le vaccin Pfizer contre le Coronavirus
reçue à Salaberry-de-Valleyfield
(2 juin  2021- 17 heures) 






Séries éliminatoires pour la Coupe Stanley 2021
Équipe Les Canadiens - Centre Bell - Montréal
(Juin 2021)


Maurice Richard
Centre Bell - Montréal
(Juin 2021)



LE SOUVENIR EST ÉTERNEL...
J'adore photographier le visage des femmes.
D'ailleurs, une ou deux fois par année, lors des changements de saison, j'aime me rappeler
les anciennes amoureuses.
Il y a eu dans ma vie au moins 5 ou 6 femmes spéciales que j'aimais bien, et qui m'aimaient bien, mais pour toutes sortes de raisons, la relation est morte dans le temps. Souvent je vais sur Facebook pour voir où ces anciennes amoureuses en sont dans leur vie aujourd'hui. Elles ont pour la plupart une famille et, comme moi, elles ont vieilli... Je me demande parfois quelle aurait été notre vie si nous avions continué ensemble. 
Mais je me dis que finalement, l'amour c'est le rêve et que seul le souvenir du rêve, comme l'image photographique, demeure éternellement romantique!





LA VAGUE DE LA GASPÉSIE...
Lorsque j'avais 20 ans, j'ai dû faire un choix entre rester en Gaspésie ou quitter 
vers la grande ville.
Nous étions alors deux jeunes collègues du même âge et avec les mêmes ambitions et nous étions tous les deux animateurs à la télévision locale CHAU-TV à Carleton.
Lui il est resté et moi j'ai quitté.
Je suis souvent songeur concernant mon départ et je me demande parfois ce 
qu'aurait été ma vie si j'étais resté?
J'avais choisi d'appliquer la phrase de Shakespeare dans le texte Jules César: 
"... Il existe une vague sur l'Océan de la vie, laquelle si elle prise au bon moment au rivage conduira le navire vers des terres nouvelles pleines d'espoir et de promesses... ".
Avec les années, mon collègue est devenu le directeur à la station de télévision locale 
et il y est encore aujourd'hui.
Moi, contrairement à la légende romantique d'Ulysse dans le poème de l’Odyssée, après mes voyages, la vague a oublié de me ramener vers ma terre natale, 
et j'en suis parfois nostalgique...



____________________________________________________________________________


8 - L' AVENIR DE LA PHOTOGRAPHIE

____________________________________________________________________________

L’art de la photographie est fondamentalement la gestion de la lumière avec un appareil.
La lumière est comme la pluie.
Il y a de faibles pluies et des orages de pluie torrentielle.
C'est ainsi avec la lumière.
Il y a de faibles lumières et des lumières brillantes.
La lumière est constituée d'ondes électromagnétiques, caractérisées par sa longueur et correspondant à un niveau d'énergie et d’intensité.
Llumière se propage toujours à la même vitesse.
On dit d'une lumière qu'elle est forte lorsqu'elle est directe et n'a pas été diffusée ou subit de diffraction. Elle se propage alors en ligne droite et se caractérise par des ombres denses avec un fort contraste et des contours très nets. C'est le cas par exemple de la lumière du soleil le jour par temps clair. Une source de lumière peut aussi être diffuse et indirecte provenant d'un mur ou d'une surface comme un lac ou la neige en hiver.

L'art de la photographie est de savoir lire la lumière et de l'enregistrer correctement sur son appareil. 
Les appareils photo sont cependant devenus très perfectionnés et ils effectuent pour nous presque tous les calculs de la gestion de la lumière au point de créer des images qui n'ont rien à comparer avec la réalité tel que vue à l'oeil nu..
Les téléphones cellulaires sont particulièrement devenus de puissants ordinateurs qui effectuent une multitude de calculs et prise de lecture de la lumière. Un iPhone peut prendre en quelques fractions de seconde des millions de lectures pour en arriver à la création d'une image.
Nous sommes très loin de l'époque de ma mère avec son appareil Brownie et un film noir et blanc qu’elle envoyait par la poste au laboratoire pour développement et impression sur papier, et qu'elle ne pouvait visionner qu'une ou deux semaines plus tard...

La façon de capter les images est également transformée et personnellement je suis un fan des alimentations Live stream et des captures d’écran sur iPad. La qualité du visuel varie d’une source à l’autre mais j’ai pris d’excellentes images de Donald Trump et du Pape François avec un iPad à partir d’une projection internet Life stream.
Une autre nouvelle façon de capter des images est avec un drone auquel est attachée une caméra. 
La technologie des applications de traitement des images est également incroyable. 
À titre d’exemple, je mentionnerai le « remplacement du ciel » de Photoshop qui permet de créer un ciel selon notre désir. 
Par ailleurs, autant Photoshop que d’autres comme Faceapp offrent un outil pour vieillir, rajeunir ou faire sourire une personne...
Photoshop a même développé une technologie qui permet de multiplier le degré de pixels d’une photo et faire par exemple d’une photo de 12 millions de pixels une version de 40 millions de pixels. Cela signifie que le capteur de l’appareil photo est de moins en moins important au niveau de sa capacité de captation. 

Il est évident que l’art de la photographie sera encore totalement transformé au cours des prochaines années et que les limites de la création seront encore repoussées.

Mais ce qui ne sera jamais remplacé est la passion et l'amour de l'image par les adeptes de la photographie.

Bonne photographie et comme me le souhaitait un ancien vendeur de caméras:
"Amusez-vous bien!"

Bernard Bujold - 28 juin 2021

________________________________



LIEN VERS MES PHOTOS RÉCENTES SUR FLICKR






Bernard Bujold transformé en vieil homme 



Ulysse devant un ciel mystérieux...


Pape François - Capture d'écran ( Fox News Messe de Pâques 14 avril 2020)


Donald J. Trump - Capture d'écran (Fox News - Avril 2020)

____________________________________________________________________________


9 - UN CADEAU D'ANNIVERSAIRE...

____________________________________________________________________________

Le 28 juin est la date de mon anniversaire de naissance.
Ce livre photo est en quelque sorte mon cadeau d'anniversaire 2021, que je me suis offert, de moi à moi, sous la forme d'une édition en français et une autre en anglais. 
Il ne s'agit pas d'un guide photo, car j'ai écrit les textes comme si je racontais mon histoire personnelle à mes deux enfants David-Bernard et Stéphanie et à mes deux petites filles Ava et Emma, à qui d'ailleurs j'ai dédié le livre. 
J'y ai raconté mes impressions, des anecdotes et mon cheminement en photographie.
L'ouvrage compte plus de 340 pages et il est illustré de quelque 400 photos que j'ai choisies parmi ma collection que j'évalue à plus de 100,000 images prises depuis mon adolescence. 
Je vous offre le livre à tous, sous format PDF en téléchargement gratuit à l'adresse internet mentionnée sur le site d'hébergement. 
J'adore la photographie qui est ma grande passion de vie, mais j'ai également d'autres passions dont le sport.
Pour 2021, j’ai d’ailleurs souligné mon anniversaire au gymnase car j’aime l'ambiance de l’entrainement sportif, un mode de vie que j’ai adopté depuis mon adolescence. Pour moi le gymnase est un endroit qui me permet de méditer et, après les exercices, faire la lecture de divers médias, dont mon préféré depuis toujours est The Wall Street Journal…
Autrefois je faisais la lecture des journaux papier, mais aujourd’hui c’est sur internet!
Cette année, j'ai également reçu en cadeau une magnifique photo de mon idole Donald Trump, photo que j'encadrerai et accrocherai bien en évidence dans mon salon et que je conserverai comme une sorte d'icône! 

N’oublions jamais que la seule chose qui compte dans la vie c'est l'amour et la photographie est une façon d'immortaliser et de partager l'amour!












La photo cadeau d'anniversaire 

Portrait officiel de Donald Trump au Musée Smithsonian
National Portrait Gallery
(Photo par Pari Dukovic pour Time Magazine 2019)

____________________________________________________________________________


10 - LA LISTE

____________________________________________________________________________



LA LISTE photo par 
BERNARD BUJOLD


Voici LA LISTE, un rappel des noms de divers sujets, personnages, et événements que j'ai photographiés au fil les années. 

 

LA LISTE


Anna Kournikova, Monica Seles,
Martina Hingis, Julie Depardieu,
Sophia Loren, Geneviève Bujold,
Isabelle Adjani, Heljon Deruere,
ELTON John, Kent Nagano,
Normand Legault,
André Agassi, Zachary Richard
Josée Théodore, Ainsley Vince,
Brian Mulroney, Mila Mulroney,
Paul Martin, Richard Hatfield,
Robert De Niro, Ben Weider,
Paul Desmarais, Laurent Beaudoin,
Misou Gélinas, Pierre Péladeau,
Charles Aznavour, Kathy Reich,
Mary Higgins Clark, Anita Cyr
Paul Roberge, Mario Deslauriers,
Roger Deslauriers,
The Rolling Stones,
Luce Dufault, Mademoiselle X,
Charles Dutoit, Carole Gagné
Michel Chartrand,
Sa majesté Elizabeth II,
Harry Rosen, Jacques Robert,
Luciano Pavarotti, Roger D. Landry
Phil Collins, Billy Joel,
Bïa, Zilon, Ginette Reno,
Francine Grimaldi, Dieudonné,
Paul Tellier, Pierre Paradis
Léonard Bujold, René Lévesque
Omnium Tennis du Maurier,
Manon D’inverness, Louis Mathieu,
Stéphanie Bujold,
Serge Losique,
André-Philippe Gagnon,
Louise Arbour, Eric Lucas,
André Bérard, Coupe Rogers AT&T,
Le Master de tennis du Canada,
Raymond St-Pierre, Bet-e,
Michelle Langstone, Charly Sciortino,
Rudy Guiliani, Raymond Malenfant
Galen Weston, Hilary Weston,
Jamie Sale, David Pelletier,
Wayne Gretsky, Bernard Derome,
Gilles Gougeon, Norman Lester,
Lara St-John, Belinda Stronach,
Dorothée Berryman, Lulu Hughes,
Sarah Brightman, Dr Elliott Mechanic,
Crise du Verglas,
Bruce Springteen, Claude Gingras,
Voitures Jean Paul Riopelle,
Yves LarochePierre Jasmin,
Gilles Vigneault, Michel Phaneuf,
Jean-Claude Poitras, Fabienne Larouche,
Christiane Charette,
Pierre Lalonde,
Paulo Coelho, Michel Pagliaro,
Bernard Voyer, Mario Dumont,
Michel Louvain, Nelly Arcand,
Georges Zimbel, Gilles Gougeon,
Kevin Parent, Bernard Landry,
Jacques Parizeau, Diane Dufresne
Chantale Fontaine, Sophie Chiasson,
Daniel Langlois, Guy Laliberté,
Anne Marie Losique, Bernadette Rusgal
Mélanie et Stéphanie Veilleux (FALBALA)
Tarzan de Bromont,
Julie Payette, Le Resto Plateau,
Commandant Robert Piché,
Luc Besson, Amélie Mauresmo,
Serena Williams, David Letterman,
Micheal Schumacher,
Gilbert Rozon, Claude Dubois,
Jean-Pierre Ferland,
Joseph Ressigno,
Catherine Millette,
Heidi Hollinger, René Simard,
Marie Desjardins, Mathilde Da Silva,
Hélène Genest, Nathalie Flynn
Pascal Briodin, Segolène Gautier,
André Chagnon, David Novek,
Bob Gainey, André Chagnon,
David Novek, Réal Raymond,
Penolope Cruze,
Vitalli Gambarov, Francine Moreau,
Madrigaïa, Mel's Cité du Cinéma, Claude Blanchard
Michel Trudel, Veronica Redgrave,
Raymond Lévesque, Marguerite Blais
Mentake, Caroline Néron
Ahmed Benbouzid, Martina Hingis
Elizabeth Starinkyj, Lulu Hughes,
Lance Armstrong, Alex Kovalev
Dan Bigras, Alda Vierro,
Simon Carrier, Michel Tremblay,
Maurice Richard, Denis Brott,
Tuula Hollinger, Michel Rondeau,
Jerôme Ferrer, Patrice de Felice,
Colin Powell, Dr. Ruth,
Herby Moreau, Arielle Dombasle,
Alfonso Gagliano, NEeMA,
Marc-André Lavoie, Michèle Losier,
Bettina Forget, Amelia Earhart,
Gerald Tremblay,
Veronica Redgrave, Roy L. Heenan,
Jacques Duchesneau, Anna Leroux,
Maidy Teitelbaum, Geneviève Royer,
Santiago Amigorena, Henri Salvador,
Laura Porcelli, Sofia Menghini,
Leonard Cohen, Bernard Pivot
Margaret Trudeau, Garou
Adam Cohen, Pierre Théberge,
Jacques Hébert, Jean Chrétien, Sacha Trudeau,
Sophie Grégoire, Justin Trudeau,
Caroline Messier, Marie-France Riopel,
David Markham,
Janette Bertrand,
Jocelyne Primeau, Christian Tamborini,
Goguie, Caroline Primeau-Tamborini,
Mathieu Primeau-Tamborini
Caroline Messier, Marie-France Riopel,
Oboro, Marie Marais, Daniel Dion,
Arnold Schwarzeneger ;Hélène Boudeau; IAMHELY;

 


(À suivre)









____________________________________________________________________________


11 - SUGGESTIONS DE LECTURE

____________________________________________________________________________














____________________________________________________________________________



PARTIE 2 DU LIVRE


____________________________________________________________________________


_________________________________________________________




_________________________________________________________




____________________________________________________________________________

Liens vers les médias sociaux











Commentaires

Messages les plus consultés de ce blogue

ART DE LA PHOTOGRAPHIE / LES IMAGES - PARTIE 2